Elle se glissa sous les draps, nue. La chambre n’était éclairée que par une lampe posée sur une étagère près du lit et qui éclairait la pièce d’une chaude lumière.

Elle ouvrit son carnet sur une nouvelle page blanche et repensa à ses caresses.

La caresse de son pied arriva à son esprit en premier. Ce pied qui parcourait timidement sa jambe dans un premier temps, à peine installés à la table du restaurant. Elle se souvint de son sourire, et de s’être dit qu il ne perdait pas de temps. La caresse timide en réalité pouvait paraître audacieuse.

Mais elle lui avait envoyé tous les signes pour qu’il continue : un sourire, la tête qui se penche et sa jambe qui se colle contre la sienne, une main qui passe dans ses cheveux … elle hésitait, entre l’envie de se laisser aller sans se poser de questions et l’envie d’en savoir plus sur celui qu’elle avait en face d’elle.

Elle se rappela qu’il avait pris l’initiative de caresser sa cuisse. Que cette caresse avait fait envoler toutes les questions, peu importe, toutes les barrières, elles empêchent de vivre.

C’était parti …

Elle se souvint qu’ils avaient changé de table, « pour être au soleil » ; en réalité, profiter d’une table de quatre pour être côte à côte, sans table, ni verres entre eux.

Le but était de pouvoir s’embrasser, s’enlacer, l’un collé à l’autre. Son but à lui était de pouvoir glisser ses mains sous sa robe.

A ce moment de l’écriture, elle rougit. Elle rougit en se souvenant que c’était au restaurant qu il avait découvert sous sa robe noire, les attaches de son porte jarretelle et surtout, son absence de lingerie.

Oui car son audace l’avait fait aller jusque là, la robe volante et légère lui avait permis cette intrusion.

Elle avait alors répondu à son étonnement : « aucun tissu pour retenir mon excitation … ». Évidement cela ne calma pas son audace.

Allongée sur le ventre, elle écarta les cuisses pendant que son stylo traçait ces lignes comme les lignes qu’il avait suivi de ses mains sous sa robe …

Ses mains avaient décidé de la découvrir, malgré ses timides protestations, presque formelles et les allées et venues du serveur. Ils étaient seuls sur la terrasse abritée mais le serveur avait décidé de profiter du spectacle de leurs baisers et de ses caresses qui devaient la dévoiler et au moins dévoiler le haut de ses bas.

En écrivant ces lignes son humidité s’accroissait.

Elle ferma les yeux et les images de ce moment revinrent dans un flot continu.

Ils n’avaient pas voulu se quitter là.

Il alla se garer à l’orée d’un bois. Leur désir éclosait comme les bourgeons des arbres.

Tout leur désir transparaissait dans leur regard. L’euphorie du moment leur faisait oublier l’inconfort de la situation, elle une jambe par dessus le levier de vitesse, lui penché sur elle pour l’embrasser, ses mains autour de sa tête.

L’excitation était telle que la caresse sur son entrejambe offerte était aussi fougueuse que leurs baisers.

Elle se souvint de toutes ses caresses, d’avoir défait quelques boutons de sa chemise pour mieux le caresser, l’embrasser.

Elle se rappela de son hésitation à aller plus loin, à défaire d’une main sa ceinture et le bouton de son pantalon de costume.

Elle n’avait pu résister à l’idée de sucer ce membre tendu d’excitation à cause d’elle.

Mais elle avait arrêté sa caresse. Non par manque d’envie. Mais elle savait son pouvoir à ce moment là et la nécessité de garder le contrôle.

Dans tout ces souvenirs entremêlés, comme leurs langues et leurs lèvres, ce qui la faisait toujours sourire c’est ce moment où il la rattrapa en courant alors qu elle s’en allait, pour à nouveau l’embrasser. C’est ce moment où elle entendit une voiture derrière elle, qui la dépassait pour qu’une dernière fois il prenne sa tête entre ses mains et l’embrasse, dans un élan d’enthousiasme rare.

Alors elle ferma les yeux et ne pu s’empêcher de rêver à la prochaine fois.

Les draps devinrent humides.

Publicités
Pensée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s