Écriture contrainte : Rumeurs, matin, kilomètres, silencieuse, retard, éclats, esprit, milliers, nuit

Le petit matin se levait, elle était en retard.

Elle quitta les draps de satin, elle prit quelques secondes, nue, pour la regarder dormir.

Elle ferma les yeux. Se remémora ces instants d’éternité. Les regards qui se croisent, des sourires échangés, qui se transforment en rires, les rires, qui deviennent baisers, les baisers qui s’accompagnent de caresses.

Ces caresses timides qui découvrent le corps l’une de l’autre, et qui se font plus entreprenantes, dans un corps à corps, un corps à éclats de plaisirs.

La nuit avait été courte mais les plaisirs avaient été longs et nombreux, intenses.

Dans le calme du matin qui succédait à la tempête de la nuit, elle veillait à garder en elle chacun de ces moments.

Silencieuse, elle lui déposa un dernier baiser avant de quitter la chambre. Ses yeux pétillaient malgré les cernes, ses lèvres souriaient.

Sur la route, malgré la rumeur de la ville, son esprit était encore obnubilé de cette nuit à des milliers de kilomètres de son quotidien mais qui correspondait tant à ce qu’elle était. Femme libre pleine d’envies et de désirs qu’elle vivait enfin.

Publicités
Pensée

2 réflexions sur “Au petit matin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s